Aller en haut Aller en bas

Partagez | 
 

 RP Lancelot (WDWF) - 4

- Contre nous de la tyrannie, la baguette sanglante est levée -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://division-testbell.kanak.fr
Identité magique
Messages : 19
Date d'inscription : 17/10/2017
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: RP Lancelot (WDWF) - 4   Lun 29 Jan - 18:43

Lancelot

Une musique aérienne s’élevait dans la vaste pièce aux murs et au sol blanc et immaculé, semblable à un souffle de vent, elle jouait doucement, comme si le violoncelle qui exécutait des notes compliquées ne voulait pas lui même troubler la quiétude des lieux. Pénétrant dans l’espace aménagé de brancards séparés par des rideaux, Lancelot se retint de rire. Ce n’était pas vraiment la première fois qu’il venait ici mais il devait avouer que ça lui faisait à chaque fois le même effet. Toute la pureté de l’hôpital l’écoeurait. Un tel endroit ne pouvait pas être aussi propre, ce n’était pas possible. Avec tous les patients victimes d’accidents bizarres qui passaient devant le blond assis sur un lit choisi au hasard, ce dernier se demandait par quel moyen tout était nettoyé dans la minute. Il n’eut pas besoin de se questionner plus de temps qu’un elfe de maison se précipitait à la suite d’un malade qui déambulait dans les couloirs en répandant un liquide jaunâtre partout sur son passage. Réfrénant un haut le coeur, le blond préféra porter son attention sur sa propre blessure dont le sang commençait à sécher, tandis-que les pas d’une infirmière venait troubler Vivaldi dans une de ses envolées lyriques.

« Monsieur Carrow, quelle surprise de vous voir ici. »

Il observa la joie brune dont les cheveux étaient retenus en arrière par un petit chapeau de tissu blanc. Elle lui servit un sourire ironique tandis qu’il retirait son t-shirt pour lui laisser le champ libre. Il commençait à connaitre tout le personnel à force de venir faire des petits séjours ici. Que se soit pour des morsures, des fractures, des empoisonnements par venin, Lancelot venait régulièrement se faire soigner pour avoir sans doute été trop intrépide lors de ses chasses.
Cette fois-ci, c’était son torse qui en avait prit un coup, terriblement lacéré par deux gros coups de griffe. Cela avait été le prix à payer pour capturer l’Addanc qui faisait des ravages terribles près d’un lac dans les profondeurs de la campagne anglaise. Il avait à peine eut le temps de livrer sa proie qu’on l’avait obligé à se rendre à l’hôpital afin de soigner sa blessure qui, en plus de le faire terriblement souffrir, commençait à boursouffler.

« Qu’est-ce que c’est cette fois ci ? Un terrible dragon ? » Il la regarda réprimer un sourire tandis-qu’elle cherchait de quoi nettoyer la plaie.
« Vous ficheriez-vous de moi mademoiselle ? » Il sourit à son tour, sourire qui s’effaça bien vite, remplacé par une grimace et un gémissement de douleur tandis que la jeune femme avait commencé son travail. « Sachez que ce n’est pas une blessure ordinaire, elle a été provoquée par un castor maléfique ! »
« Oh vraiment ? »
« Vous ne réagiriez pas comme ça si vous saviez le mal de chien que ça fait. » grogna-t-il entre ses dents en s’agrippant aux bords du brancard. Il la regarda alors extraire à l’aide de sa baguette une sorte de liquide rougeâtre qui ne ressemblait pas à du sang. Fronçant les sourcils, il leva le regard vers elle.
« Finalement je veux bien vous croire. Les griffes de cette chose étaient couvertes d’un venin et cette fois ci je ne peux rien vous donner contre la douleur pendant que je le retire, malheureusement … » Elle sembla chercher autour d’elle un objet, puis elle attrapa un des liens de cuir du lit d’à côté qu’elle tendis au blond. « Mordez ça, je vais tacher de faire vite. »

Le Carrow n’eut pas vraiment le temps de réfléchir à ce que l’infirmière venait de lui dire que sa mâchoire se serra d’elle même sur le morceau de cuir sous le coup de la douleur. Fermant les yeux, il tenta de faire le vide autour de lui, mais il sentait son front se couvrir de perle de sueur tandis-qu’au niveau de son torse, la douleur ne cessait d’augmenter. Se concentrant pour ne pas gémir trop fort, Lancelot ferma les yeux avec fermeté, tentant de respirer calmement.

« Allons, allons, vous avez connu pire ! Ce n’est rien du tout, c’est juste particulièrement douloureux ! »

Cette fois-ci, la voix guillerette de la jolie infirmière hérissa le poil du blond et qui n’eut soudainement qu’une envie : lui faire endurer la même souffrance. S’accrochant de plus belle au matelas, il se mit à imaginer tout sorte de torture, laissant divaguer son esprit dans les tréfonds de la monstruosité dont il pouvait faire preuve, trouvant là un certain réconfort.
Il n’eut cependant pas le temps de plus y penser que la douleur s’éteignit, aussi rapidement qu’elle n’était apparue.

« Eh voilà ! Vous voyez vous avez été un grand garçon ! »

Le regard qu’il lui servit sembla faire fondre la bonne humeur de la brune qui marmonna qu’elle allait lui faire un pansement.
Tout transpirant, il tenta de se calmer. Il ne savait si c’était l’intense douleur ou les effets du venin qui avaient fait naitre en lui cette colère noire, mais il respira un bon coup, jetant son regard au dessus de l’infirmière qui était en train de lui faire un bandage. C’est alors que, balayant les gens du regard, il croisa deux prunelles familières qui passaient juste devant lui.

« Elsa ? »
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://division-testbell.kanak.fr
Identité magique
Messages : 19
Date d'inscription : 17/10/2017
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: RP Lancelot (WDWF) - 4   Lun 29 Jan - 18:44

Elsa

Enfin, elle peut entrer chez elle. Elle a reçu le congé des médicomages. Fini les repas gélatineux de Sainte-Mangouste et les draps qui piquent la peau. La sang mêlée a hâte de retrouver la paix de sa chambre, loin de la plainte des pauvres âmes blessées de l'hôpital. C'est le grand jour. L'Échappatoire. Hâtive de quitter les lieux, elle doit cependant passer par le départements des accidents magiques pour prendre une potion qui soulagerait ses douleurs aux côtes. Se dirigeant vers le cabinet qu'on lui avait indiqué le matin même, elle finit par trouver facilement ce qu'elle cherche, passant la fiole dans son sac en bandoulière. Entendant des voix provenant du brancard voisin, elle s'avance un peu curieuse. Cette voix ? Elle n'ose pas y croire mais elle peut presque jurer qu'elle avait cru reconnaître le ton charismatique de Lancelot. Elle aperçoit le regard noir qu'un jeune homme lance à l'infirmière et ne peut s'empêcher de sentir des frissons lui parcourir l'échine. Ce qu'elle voit dans ce regard, c'est la mort et l'appel à la douleur dans un corps crispé par celle-ci. " Elsa ? " Lorsqu'elle entend son nom soufflé entre les lèvres du jeune homme, elle comprend qu'elle ne s'était pas trompée. C'est bien lui... Lancelot, là, juste devant elle et étendu sur un lit d'hôpital, une horrible blessure déformant son torse. Elle reste immobile pendant un instant des sentiments contradictoires qui se bataillent en elle.

Pourquoi n'est-il jamais venu la voir ? Elle avait passé les dernières semaines alitée puisque gravement blessée pendant la Coupe de Quidditch. Elle avait failli mourir et encore une fois, c'était Lance qui l'avait sauvée. Mais contrairement à toutes les autres fois, l'attentat de la Coupe aurait pu être la bonne. Elle s'en était sortie de justesse. Des tas de gens avaient défilés à son chevet comme à celui d'une mourante mais la seule personne qu'elle n'avait pas vu, et qu'elle aurait voulu sentir la présence, c'était lui. Étrangement, à ce moment, elle a envie de tourner les talons, lui tourner le dos et de le laisser à sa douleur. Cependant, pour toutes les fois qu'il lui a sauvé la mise, le voir dans cet état lui fait un pincement au coeur. Elle veut s'enfuir, ne pas avoir à sentir la brûlure de son regard posé sur elle alors qu'elle lui en veut encore de ne jamais lui avoir fait signe alors qu'elle souffrait dans ce lit d'hôpital. Mais, elle veut aussi rester et lui tenir compagnie alors qu'il souffre. Visiblement. À moins que ce ne soit un bel acte. Elle ne sait plus. La confusion qui s'insinue en elle comme un parasite. Une seconde, elle veut rester, comme si sa présence peut apaiser cette attitude de prédateur qui semblait lui être le seul remède. L'autre seconde, elle ne veut pas se trouver un instant de plus à ses côtés alors qu'il a été absent les dernières semaines quand elle en aurait eu besoin. Oui, besoin. Car pour une fois, ce n'est pas d'une bête monstrueuse dont elle aurait voulu être protégée, mais de l'ennui et de la solitude d'un lit d'hôpital. Laissée seule avec des côtes brisées et le deuil. " Lance. " Sa voix qui coupe l'air, telle une morsure. Elle fait un pas en avant, hésite et voudrait rebrousser chemin mais l'infirmière lève les yeux sur elle.

Elsa croise son regard un instant et sans un mot, elle contourne la Smith pour les laisser seuls. Elle s'éclipse comme si elle cherche à fuir un monstre... Ce qui est probablement le cas même si Elsa n'a jamais vu ce côté du Carrow. Dans un mouvement de poignet, le rideau tombe comme s'ils étaient soudain les deux seules âmes vivantes au milieu de ce cocon drapé. " Qu'est-ce qui t'es arrivé ? Est-ce que ça fait très mal ? " Finit-elle par laisser tomber en faisant les deux pas restants avant d'arriver à sa hauteur au coin de son lit. Ce sont pourtant des questions idiotes... Oui, idiotes car au fond, elle ignore quoi dire. Elle cherche les mots pour ne recracher que des interrogations banales. Quelle ironie que ce soit soudain elle qui se trouve à son chevet et non l'inverse. " Non, en fait, je veux pas savoir. Je devrais te laisser te reposer. " Après tout, c'est vrai, il est un grand garçon, elle n'a rien à faire là.
Elle voudrait lui enfoncer son poing sur la plaie, cogner la blessure pour montrer qu'elle a mal elle aussi. Mal à l'âme. Mal qu'il n'est pas daigné même lui envoyer un hibou. Pourquoi l'a-t-il sauvé en fait ? C'est ce qu'elle voudrait savoir. Pourquoi prendre la peine de toujours se mettre entre elle et le danger si c'est pour, au final, se ficher de son sort et ne même pas chercher à s'assurer de son état. Qu'est-ce qui a changé depuis ce vampire, premier sauvetage improvisé où il s'était assuré de la raccompagner en sécurité ? Elle ne comprend pas et ne sait pas pourquoi elle reste là. La question, le pourquoi lui brûle les lèvres mais elle se retient tant bien que mal. Ce n'est pas le moment, ni l'endroit pour se mettre à l'asséner de ses tourments. Elle fait donc un pas vers l'arrière, dans un mouvement de recul et s'apprêtant à partir. Déguerpir aussi vite qu'elle était arrivée.
Revenir en haut Aller en bas
 

RP Lancelot (WDWF) - 4

- Marchons, marchons ! Qu'un sang impur abreuve nos sillons ! -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Test graphisme + RP :: Votre 1ère catégorie :: Votre 1er forum-