Aller en haut Aller en bas

Partagez | 
 

 RP Lancelot (WDWF) - 3

- Contre nous de la tyrannie, la baguette sanglante est levée -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://division-testbell.kanak.fr
Identité magique
Messages : 19
Date d'inscription : 17/10/2017
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: RP Lancelot (WDWF) - 3   Lun 29 Jan - 18:42

Anastasya

« Annie ? » Je levai les yeux alors que je faisais le lacet de ma chaussure. Black. Un bourreau, un patron, un amant qui en réclamait toujours plus. « Oui, monsieur ? » Je m’efforçai d’employer un ton calme et poli. Je n’avais pas envie de m’attirer les foudres de ce dernier, pas aujourd’hui, j’avais bien mieux à faire. « Je veux que tu ailles aux thermes, après ta sortie, ramène-nous quelques clients de plus, ça ne devrait pas être trop difficile pour une fille comme toi. » Je roulai des yeux en soupirant. Une journée de repos te fera du bien, m’avait-on dit. Il caressa ma joue en plongeant ses yeux dans les miens. « Si tu m'en ramènes au moins deux, tu as ta nuit pour toi. » Une nuit pour moi ? Et que pourrais-je faire d’une nuit pour moi ? Écumer les bars pour attirer un autre mâle dans mon lit qui finirait par revenir au galop pour revoir la douce Annie ? Je hochai la tête, comme si j’avais eu le choix de refuser cette mission ne serait-ce un instant. Il m’adressa un signe de menton avant de se retirer. « Ublyudok. » dis-je dans ma langue maternelle lorsque la porte se ferma derrière lui. Les Black ne voyaient que l’argent que je pouvais leur apporter. Je me mis sur mes pieds avant d’emprunter la sortie de secours.

La journée passa à une vitesse affolante alors que j’avais pris la direction des thermes, quelques verres d’alcools dans le sang. Mais il en fallait bien plus pour m’abattre. J’avais hérité d’une solide constitution avec une prédisposition pour les alcools forts, je tenais sans doute ça de ma famille paternelle. Je finis ma cigarette avant la jeter plus loin alors qu’elle finissait de se consumer sans pour autant bousiller mes poumons. Vilaine habitude que j’avais prise à vouloir être une copie conforme de mon père pour qu’il soit fier de moi. Douce utopie et putain d’obsession. Je rentrai dans les thermes tout en retirant ma veste. Ce lieu était parfait pour dégoter de potentiels clients, chacun d’entre eux poseraient son regard sur moi comme des chiens en manquent, cherchant un os à ronger. C’était la première fois que l’on m’envoyait faire ce genre de choses, c’était une autre fille qui s’en occupait, habituellement, Grace ou quelque chose comme, une allumeuse de 30 ans qui avait la peau plus lisse que les fesses d’un bébé. J’enlevai le reste de mes vêtements avant de m’envelopper dans une serviette blanche immaculé pour e rendre dans le premier bain. Celui-ci était principalement composé de femmes qui crachaient leur venin sur leur mari qui n’était jamais là, trop occupé à ramener de quoi vivre. Pauvre d’elles, pensais-je tout en traversant la pièce en direction du second bassin. Ce dernier, lui était brumeux, bondé et bruyant mais rempli de cibles potentielles. Je balayai la pièce de regard avant de tomber sur une tête familière. Quelle surprise de voir ici. Sur mes gardes mais avec une démarche qui se voulaient aguicheuse, j’attirai les regards sur moi tout en me dirigeant vers Lancelot Carrow. « Regardez qui voilà. » Je le dévorai du regard avant de m’appuyer sur le mur derrière moi, les bras croisés sur le regard. Un corps d’Apollon, une gueule d’ange et aucun principe, il était facile de croire que Lancelot était une proie facile mais, au fond, j’avais cette impression d’homme compliqué, sans aucun sentiment, aussi froid que mon pays natal. Je fronçai les sourcils, la dernière fois que j’avais vu cet homme, c’était il y a quelques jours ? Quelques semaines ? Je ne me souvenais plus exactement mais ce dernier m’avait mis des bâtons dans les roues alors qu’il avait jeté son dévolu sur la même cible que la mienne. « Qu’est-ce que tu fais là ? » Question stupide, je connaissais déjà la réponse. Je ne le laissai pas répondre avant de reprendre « Si tu pouvais éviter de tuer tous les pervers, ça arrangerait mon patron, si tu vois ce que je veux dire. » Je fis une moue. Il ne devait pas être stupide. Il savait qui j’étais réellement, ce que je faisais et que le reste n’était qu’un simple passe-temps, un divertissement. Une idée me traversa l’esprit. Un sourire se dessina sur mon visage alors que je levai les yeux vers lui pour lui chuchoter à l’oreille « Mais… on peut très bien s’amuser ensemble. Dis-moi qui tu traques, dis-moi qui est dans ta ligne de mire et… si je réussis, tu m’accorderas une faveur mais si tu réussis, je t’en accorderai une. » Je caressai son torse du bout des doigts alors que j’avais cet éternel sourire aux lèvres. « Une faveur que tu ne peux pas refuser, surtout gratuitement. » J’en avais presque envie de lui laisser la victoire.
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://division-testbell.kanak.fr
Identité magique
Messages : 19
Date d'inscription : 17/10/2017
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: RP Lancelot (WDWF) - 3   Lun 29 Jan - 18:42

Labcelot


De nombreuses ecchymoses parsemaient ce corps qui se mouvait dans les vestiaires, ses vêtements tombants un à un sur le sol d’une blancheur immaculée. Tout était blanc, du sol au plafond, des casiers à la serviette qui venait s’enrouler autour de ses hanches saillantes. Légèrement grimaçant, Lancelot vint placer une main protectrice contre son biceps, où le choc d’une toute récente cavale avait fait naitre une profonde tache bleutée, aux contours jaunâtres et à la surface injectée de sang. Oui, tout était blanc, sauf lui.
Poussant d’une pression de la paume la porte des vestiaires des hommes, il pénétra dans le plus grand bain, s’immergeant complètement, plongeant en dessous de la surface de l’eau, retenant sa respiration, fermant les yeux.

On lui avait vivement conseillé de se rendre aux thermes. Son corps avait besoin de repos, que l’on s’occupe de lui, et les médecins lui avaient formellement interdit toute activité trop physique, qui nécessiterait que ses muscles ne soient encore une fois mis à rude épreuve. Mais même s’il pouvait cesser de chasser pour quelques jours, le Carrow n’était pas si sur de pouvoir réellement cesser tout genre d’activité de ce type, et à vrai dire, ce n’était pas vraiment dans sa nature que de suivre strictement tout ce qu’on lui disait.
Emergeant la tête de l’eau, il s’avança vers le fond du bassin, puis y appuya le dos. La froideur du marbre et les propriétés médicales de l’eau dans laquelle il était plongé lui faisaient un bien fou. Il ferma un instant les yeux, essayant tant bien que mal de se détendre, calmant son rythme cardiaque avec concentration.

Puis il rouvrit les yeux, et fut surpris par le monde qui l’entourait. Semblait-il s’être assoupi ? Visiblement. Toujours est-il qu’à présent, le bain dans lequel il était plongé grouillait de monde, et tous semblaient plongés dans des conversations fort intéressantes. Mais pas pour Lancelot. Lui qui était venu se détendre, voilà qui semblait compromis.
Il s’apprêtait ainsi à partir lorsque son regard croisa deux prunelles familières. Des cascades blondes, un regard aguicheur, une démarche féline et de nombreux regards qui n’arrivaient pas à se détacher de son corps qui faisait onduler la surface lisse du bain, Anastasiya Raspoutine s’avançait vers lui, un petit sourire satisfait au coin des lèvres.

« Regardez qui voilà » Elle prit place à ses côtés, en totale maitrise d’elle même, balançant sa chevelure derrière une de ses épaule, elle planta son regard dans les pupilles océanes du Carrow. « Si tu pouvais éviter de tuer tous les pervers, ça arrangerait mon patron, si tu vois ce que je veux dire. » La répliqua arracha un sourire au blond qu’il ne pu retenir. Elle avait un certain culot qu’il semblait apprécier. Il n’eut le temps de répondre que la blonde reprenait immédiatement. « Mais… on peut très bien s’amuser ensemble. Dis-moi qui tu traques, dis-moi qui est dans ta ligne de mire et… si je réussis, tu m’accorderas une faveur mais si tu réussis, je t’en accorderai une. »

Il la regarda s’approcher de lui, posant une main délicate sur un de ses pectoraux, approchant sa bouche de son oreille. Il fallait admettre qu’à cet instant précis, finalement, il n’était pas si mal dans ce bain, et la voix suave qui coulait comme du miel près de son oreille mis tous ses sens en éveil.

« Une faveur que tu ne peux pas refuser, surtout gratuitement. »

Le sous-entendu était à peine dissimulé, pour ne pas dire pas du tout. Tournant légèrement le visage vers la jolie blonde pendue à son cou, il esquissa un second sourire, les paupière baissées vers ce visage de poupée russe.

« Saches ma jolie, que l’art de la torture et de la mort n’est pas donné à tout le monde. » Il s’avança alors vers elle et, d’une main, enroula ses doigts autour du cou à la couleur de la porcelaine de la jeune femme, inversant soudainement le rapport de force. « Tu vas avoir beaucoup de mal à me battre à ce jeu là » Il avait à son tour approché ses lèvres de son oreille, gardant une douce et légère emprise sur cette gorge parfaite. « Mais soit. » Il reprit sa place initiale, un véritable sourire fendant à présent son visage. « Si tu veux te mesurer à moi, c’est avec joie. Mais je sais très bien qu’à la fin, tu prendras beaucoup de plaisir à perdre. Crois mois. »

C’était à présent son tour d’avoir un discours chargé de sous entendu, et il n’hésita pas à ponctuer ses dires d’un regard baladeurs sur les courbes visibles de son interlocutrice.
Après tout, il avait déjà gagné une fois, et son éducation lui donnait déjà un bonne longueur d’avance. Comment cette poupée blonde pouvait-elle espérer rivaliser ? Le Carrow sentait que ce jeu allait lui plaire.
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Portoloins
Voir le profil de l'utilisateur http://division-testbell.kanak.fr
Identité magique
Messages : 19
Date d'inscription : 17/10/2017
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: RP Lancelot (WDWF) - 3   Lun 29 Jan - 18:43

Anastasya

On m’avait toujours sous-estimé. Depuis ma plus tendre enfance, mon père affirmait à tout le monde que je n’étais qu’un vulgaire pion sur son échiquier, tenant ce trait de caractère naïf et enfantin de ma mère, cette idiote moldue qui pensait pouvoir faire chavirer le cœur d’un sorcier comme lui. J’en avais toujours voulu à ma mère, de m’avoir laissé avec cet homme qui me méprisait, qui m’avait d’abord caché, honteux de son aventure avec cette erreur de la nature qu’était m génitrice. J’avais fini par me rendre à l’évidence qu’il n’avait pas choisi de m’élever, il n’avait pas eu le choix. Je savais au fond de moi qu’il m’aimait, derrière ses lunettes rondes et son air constamment aigri et en colère. Il avait une façon différente de le montrer. Comment réagirais-je si j’avais un jour aimé quelqu’un ? Certainement de la même façon puisque c’était la seule chose que j’avais connu. Mais là n’était la question à l’heure actuelle, aimer n’était qu’une perte de temps, une douce tyrannie qui nous tirez peu à peu vers le sol, nous faisant creuser un peu plus profondément au faire et à mesure que les années passés.
Un homme restait un homme, quel qu’il soit. Depuis mon arrivée en Angleterre, j’en avais gouté des mâles en recherche d’un semblant d’affection, voulant être le centre d’intérêt de quelqu’un pendant quelques heures en échange de quelques pièces d’or. Certes, certains étaient plus influençables que d’autres. Ses doigts caressait ma gorge. Pensait-il m'effrayer par des gestes aussi insignifiant de celui-ci ? Ses doigts étaient brulant alors que ma chair était bouillante de désir. La bête en moi semblait se réveiller de quelques jours que repos. Elle avait mourrait de faim. Sa remarque me fit sourire. Il semblait sûr de lui, sûr de ce qu'il avançait alors qu'il avait devant lui une femme d'expérience. « Tu es sûr de pouvoir faire quoi que ce soit. Tu as… fort l’amoché, va-t-on dire. » Il m’arrivait encore de chercher mes mots, de butter sur des expressions à la portée de tout le monde. Je regardai ses quelques bleus, quelques-uns viraient au vert alors que d’autres semblaient avoir été marqué au fer hier. Je me risquai à caresser l’un des hématomes du bout des doigts, avec une délicatesse propre à moi-même. Je fis un peu la moue avant de m’appuyer contre le mur du bain en regardant autour de moi. Je n’avais pas envie de me fatiguer à traquer une personne. Je voulais une cible facile pour régler cette histoire rapidement. Silencieuse, j’étudiai chacune des potentielles victimes. Mon regard se posa d’abord sur un homme avec une serviette autour des hanches, une moustache fournie et les yeux bleu océan, je secouai la tête, hors de question de sacrifier l’un des meilleurs clients de la Maison Close. Cette dernière tournait au ralentit depuis quelques temps, inutile d’enfoncer le couteau dans la plaie même si cet homme était loin d’être le plus affectueux avec les filles. « Juste par curiosité, comment te débrouille-tu pour avoir autant de cicatrices et de bleus ? » Il était vrai qu’être un chasseur comme Lancelot était loin d’être une occupation des plus reposantes mais, depuis tout ce temps, comment pouvait-il encore être blessé par des bons à rien ? Mon manque d’expérience dans le métier parlait peut-être pour moi. Etais-je une miraculée ? Ou avais-je eu simplement beaucoup de chances ? J’optai pour cette dernière option. Je ne pouvais dire ceci de mes débuts en tant que prostituée. Les nouvelles étaient malmenée, traitée comme des vulgaires chiennes, blessée dans leur égo, j’avais été réduite qu’à l’ombre de moi-même alors que j’avais envie de tuer chacun d’entre eux. Mon regard baladeur se posa sur un grand blond aux abdominaux marqués et aux traits fins, presque androgynes. Je plissai les yeux. Etait-il l’un des nôtres ? J’étais incapable de cerner le jeune homme, je n’avais pas le nez. Je reniflai avant de ramener mes cheveux sur mes épaules pour caresser quelques mèches. Quelle heure était-il ? Me tiendrait-on rigueur de ne rentrer qu’au petit matin ? Je donnai un léger coup de coude dans le biceps de Lancelot en montrant le jeune homme blond du menton. Il ne devait pas être plus âgé que moi. Vingt-cinq ans tout au plus, quel gâchis. « Lui ? » demandai-je d'une voix mielleuse en tournant les yeux vers le blond. Je savais pertinemment à qui je m'attaquais. Un garçon dans la fleur de l'âge, surement promis à une jolie fille aux traits de poupée mais aussi enchainé à des principes familiaux. Un jeu d'enfant, pour moi, mais l'affaire allait s'avérer plus compliqué pour le Carrow qui devrait usé de ses véritable talents pour pouvoir l'attirer hors de cet endroit public.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Portoloins
Identité magique
- Qu'ils mangent de la brioche ! -
MessageSujet: Re: RP Lancelot (WDWF) - 3   

Revenir en haut Aller en bas
 

RP Lancelot (WDWF) - 3

- Marchons, marchons ! Qu'un sang impur abreuve nos sillons ! -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Test graphisme + RP :: Votre 1ère catégorie :: Votre 1er forum-